The Unplugged Brains

Entre football et piano, le petit Mounir est partagé. A 14 ans, il trouve finalement Jim Morisson plus charismatique que Maradona. Sa puissance poétique lui fera même reprendre le piano, plus sérieusement que jamais, pour étudier les partitions de Ray Manzarek et apprendre à jouer "Light My Fire" et "Riders on the Storm".
Plus tard il sera conquis par les morceaux épiques de Pink Floyd, et voudra appliquer cet esprit de recherche sonore et cette exigence dans les compositions. Les mellotrons de King Crimson attirent son attention vers des univers plus "métaleux", jusqu'à Dream Theater.

Mounir quitte le Maroc quand il a 18 ans, pour faire ses études à Paris. Le choc : il peut alors voir ses idoles, et d'autres artistes, en vrai, en concert. Cette énergie est contagieuse, et il se met à composer ses premiers morceaux pour faire des concerts. Il n'hésite plus sur son identité vocale quand il découvre Placebo

/

  • Facebook Social Icône
  • Spotify Icône sociale
  • Instagram
NWB.jpg

Avec Guillaume à la guitare, les débuts se veulent plutôt modestes. Ils choisissent le nom de scène "The Unplugged Jacks". Au programme : enregistrements-maison et petits concerts. Puis les bons retours du public et l'arrivée de Jean-Yves au clavier lancent une dynamique plus ambitieuse. C'est dans cet élan qu'ils rencontrent Laurent Auffret, avec qui ils travailleront sur leur premier album, No Way Back (sortie : le 6 août).