On enregistre, on boit du thé, on mixe et on diffuse sur les internets.

/

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Bandcamp sociale Icône
  • SoundCloud sociale Icône
  • Spotify Icône sociale

Après s’être consacré pendant toute son enfance et son adolescence au piano, Enzo Clark s’attaque à la guitare et fonde Blue Chill en 2004. Avec le temps et les rencontres, le groupe devient un collectif familial au sein duquel Enzo occupe un poste de chef d’orchestre patriarcal qui réussit à fédérer des musiciens de tous les horizons, pour jouer tantôt du rock alternatif-shoegaze en concerts électriques, tantôt de la neofolk pour des concerts plus acoustiques.

Au travers de ses 5 albums et, plus récemment, ses 3 EP, Blue Chill se consacre depuis 2005 à une recherche sonore ambitieuse faite d’harmonies entêtantes et dissonantes, de compositions tour à tour complexes et épurées, épiques et intimes, tourmentées et apaisées. Blue Chill tente l’alchimie entre envolées lyriques, déflagrations sonores, néo-folk et un soupçon de pop, dans la droite lignée de leurs pères spirituels, parmi lesquels Radiohead, Sigur Ros, Jeff Buckley, Elliott Smith, Joy Division, The Cure, The Smiths ou The Beatles. 

Blue Chill est une rencontre entre plusieurs musiciens qui font un pas, deux pas, ou un long voyage ensemble. Chacun explore ses propres limites, dans une émulation collective sympathique et ambitieuse orchestrée par le dictateur bienveillant Enzo Clark. La porte est ouverte. 

Une version remasterisée de Fake Memories, quatrième album, est sortie pour en fêter le 10ème anniversaire.