Arinj2.png

Ari Birgisson

A 8 ans, Arinbjørn Birgisson décide d'apprendre le piano après avoir entendu "Amsterdam" de Coldplay. A 14 ans, Ari récupère l'enregistreur à bandes qu'utilisait son père. Dans un premier temps en solitaire sur son piano, Ari sera rejoint plus tard par des amis, parmi lesquels Sigvald Hansen avec qui il enregistre ses premières démos à la maison. Cassette en main, ils font le tour des labels de Reykjavik, sans résultats.
Les deux amis continuent de faire de la musique ensemble, jusqu'au départ d'Ari pour ses études, en France en 2018. Avec une valise trop remplie pour contenir son piano ou son enregistreur à bandes, et sans expérience en MAO, c'est la traversée du désert (musicalement).
Craignant d'être bloqué en France pour une durée indéterminée, à cause de l'épidémie de Covid-19, Ari retourne prématurément à Reykjavik en mars 2020.

  • facebook-icone-bleu
  • insta
  • Spotify logo_edited
hljo 4 megrim A.jpg

En automne 2020, 3 To The Third Music, label indépendant basé à Namur (Belgique) prépare une compilation de morceaux instrumentaux pour la fin d'année. Dr Olive, à la tête du label, a l'idée de lui présenter Laurent Auffret avec qui il lui sent une proximité artistique, afin qu'il puisse l'aider à produire son morceau pour cette compilation, "Hljóðaklettar", pour la compilation (sortie le 21 décembre 2020).
A l'issue de cette collaboration, Ari Birgisson rejoint le label The Queen Is Dead Records avec qui il va commencer à travailler sur un premier album. Entre temps, ils produisent "A mon seul désir", reprise du titre de The Burmese Days figurant sur l'album du groupe It Took Time.